Qui s’occupe de la communication numérique au Parlement haïtien ?

Plus présent dans nos vies que jamais, les technologies de l’information et de la communication ont entraîné de profonds changements dans le paysage politique à travers le monde. Ils sont nombreux les parlements qui ont opté pour l’intégration des TIC, afin de relever le défi que pose la révolution numérique. Mais qu’en est-il du Parlement haïtien ?

Dans un monde qui est clairement devenu numérique. Les TICs, les médias sociaux
apparaissent comme un axe prioritaire de la communication des parlements. On dirait que ce n’est plus une question de choix. Les nouvelles technologies représentent désormais un canal essentiel de la communication avec les citoyens.

Il n’est donc pas surprenant de constater la montée en puissance du parlement numérique. Parce qu’il est donc nécessaire de développer la communication digitale et rendre plus transparent les travaux des parlements. Juste pour établit de meilleures relations entre parlements et citoyens.

En effet, depuis longtemps déjà les technologies numériques ont aidé à améliorer la transmission de l’information vers un public de plus en plus connecté. Alors presque par obligation dans beaucoup de parlements, il existe un budget spécifique aux stratégies de développement des TICs. Afin de de s’assurer que les citoyens peuvent bénéficier l’accès aux informations, documents et aux données numériques que produisent les parlements.

Le Parlement haïtien à l’ère numérique

À Haïti, on constate tout comme la société que nos parlementaires investissent au fur et à mesure l’univers des technologies numériques. Il y a un petit nombre d’entre eux que l’on veuille ou non qui ont décidé d’attraper le train des TICs : ils mettent en place un site web et recrutent du personnel hautement qualifié pour gérer leur présence sur les médias sociaux.

Néanmoins, tous les parlementaires ne sont pas logés à la même enseigne. On constate malheureusement qu’ils sont encore trop peu nombreux à s’investir pleinement l’univers de la communication numérique.

Et cela, en dépit de l’expansion des médias sociaux qui permettent aux citoyens de communiquer plus souvent et plus facilement avec les parlementaires et le parlement.

Toutefois, la volonté politique et le manque de connaissances de nos parlementaires restent les principaux obstacles à un emploi efficace des TIC au sein de notre parlement.

Il suffit juste de jeter un coup d’œil sur le site du parlement haïtien pour s’en rendre compte. En effet, le parlement haïtien ne s’est pas montré très innovant dans l’implémentation d’une stratégie TIC pour favoriser la participation citoyenne dans le mécanisme législatif. Même si c’est peu surprenant, on ne peut considérer qu’il s’agit là d’une situation acceptable pour une institution aussi prestigieuse qu’est le parlement.

Nous sommes à l’heure du numérique. Le parlement est avant tout une institution politique. Ouvert sur le monde. Il est tout simplement incompréhensible que cette institution ne puisse avoir un plan de communication numérique clairement défini et une présence assez significative sur le web et sur les médias sociaux.

Non. Peut-être que nos parlementaires n’ont pas reçu assez de subventions pour le développement de la communication numérique du parlement. Pourtant avec la révolution digitale et l’explosion des données, notre parlement devra développer plus efficacement leur communication en direction des citoyens et du grand public.

Parce que la révolution digitale ne nous attendra pas. Alors, il est temps que notre parlement investisse encore plus le monde des technologies numériques afin de relever les défis que crée la croissante révolution digitale.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *