Quel devrait être le rôle des médias communautaires dans l’espace caribéen ?

La Caraïbe est une région où les catastrophes naturelles représentent une menace permanente pour la population. Pour réfléchir sur le rôle des médias communautaires dans l’espace caribéen, la ville du Cap-Haïtien a accueilli,  du 18 au 21 mars, la première édition du forum caribéen sur les radios communautaires et la construction de la résilience aux catastrophes.

Situées dans une zone cyclonique, et surtout sur une zone de rencontre de plaques tectoniques en sous-sol, les Caraïbes concentrent les risques de catastrophes naturelles. Ainsi, la nécessité d’anticiper et de prévoir des solutions dans une stratégie de réduction des risques de catastrophe dans la région est d’une importance capitale.

Dans la logique du renforcement des radios communautaires et sur l’invitation de plusieurs instances (la Direction de la Protection Civile du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement  et l’Agence caribéenne de gestion des désastres pour la réduction des risques), divers pays de la région participent à ce forum régional pour tirer des leçons des récentes cyclones (la République Dominicaine, la Barbade, la Dominique, Haïti,  le Porto Rico et  la Colombie).

Ce forum est un  espace d’échanges entre les experts, techniciens, décideurs et représentants de la société civile sur le rôle des médias communautaires dans l’information et l’éducation du public en matière d’environnement et de réduction des risques de catastrophes dans la région.

Selon le représentant de la république Dominicaine, M. Jose Soto, la préparation aux catastrophes naturelles doit désormais faire partie intégrante des programmes scolaires de tous les pays de la caraïbe. L’idée est la suivante : de juin à novembre (période de la saison cyclonique), on s’active, on met en branle toutes les équipes pour faire face aux éventuelles catastrophes.

Cependant, M. Soto souligne que la sensibilisation des médias, mais surtout la programmation des radios communautaires, reste aujourd’hui un problème. En effet, il n’y a aucune campagne d’éducation dans les médias pour informer et sensibiliser la population sur les éventuels dégâts que pourraient occasionner un puissant séisme. Selon M.Soto, la république Dominicaine pourrait, elle aussi, devoir faire face à un séisme d’une très grande magnitude, sans que l’on sache précisément quand bien sûr… il faut donc anticiper et éduquer la population, notamment grâce aux médias et aux radios communautaires.

Pourtant, on reconnait la puissance des radios communautaires dans toute la Caraïbe. Face aux villages isolés des régions exposées aux catastrophes naturelles, les radios communautaires ont la capacité d’atteindre des communautés locales en très peu de temps pendant ou après une catastrophe naturelle. Cette forme de communication est donc précieuse.

Toutefois, on admet que l’électricité constitue le principal problème des radios communautaires dans beaucoup de pays de la caraïbe. C’est un véritable obstacle à un bon fonctionnement. Par ailleurs, et d’une manière générale, les pays de la région savent que l’investissement dans la réduction des risques de catastrophe doit passer par une campagne de sensibilisation et une éducation à la protection de l’environnement. Voilà pourquoi les radios communautaires doivent absolument être prises en compte dans la planification du développement et la budgétisation nationale pour lutter contre la réduction des risques des catastrophes naturelles.

En effet, si presque tous les intervenants sont d’avis que la radio communautaire joue un grand rôle dans la préparation aux catastrophes naturelles, après ce forum, certains participants espèrent que les radios communautaires de la région caribéenne pourront bénéficier d’un grand support de la part des autorités centrales. Cela leur permettrait de participer pleinement aux campagnes d’éducation et de sensibilisation pour diminuer les risques des catastrophes.

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *