A quand une commission permanente des TIC au Parlement haïtien ?

Strategy innovation

Aujourd’hui, les dirigeants de plusieurs pays croient important d’ouvrir l’accès au monde numérique à leur population. En effet, pour répondre aux demandes sociales et économiques de développement à l’ère du numérique, il faut passer sans doute par les grandes tendances actuelles des technologies. De ce fait, la gouvernance de l’univers numérique doit figurer parmi les grandes préoccupations de nos futurs dirigeants, et notamment les parlementaires haïtiens.

Il y a environ une semaine de cela, j’avais eu une discussion à une amie, au sujet de l’importance d’une commission TIC au parlement haïtien. Elle m’avait dit clairement que cette commission ne verra jamais le jour. Et pourquoi ? Son argument était trop simpliste à mon avis. Elle croit savoir que certains de nos honorables députés ne savent même pas comment allumer un computer. Donc ils n’auront aucun intérêt à mettre sur pied une pareille commission pour discuter de l’avenir des technologies de l’information et de la communication dans le pays.

En effet, je crois que vous non plus, vous ne partagerez pas aussi son point de vue. Car il faut comprendre le travail d’un parlementaire. Non. Jamais les députés et sénateurs  n’ont pas besoin d’être experts dans le domaine de la science et de la technologie pour créer une commission de science et technologie numérique au parlement.

Il est clair, aujourd’hui, la révolution numérique a le vent en pourpre. Ces évolutions du numérique doivent amener nos dirigeants à une approche plus responsable, considérant l’importance du développement numérique dans le monde. Donc une commission TIC au parlement peut favoriser des discussions sérieuses sur le développement du numérique dans le pays.

Je crois sans doute, que les TIC peuvent contribuer à la croissance de notre faible économie et servir de base à une véritable république numérique.

Pour cela, la mise en œuvre d’une grande stratégie du numérique doit passer nécessairement par le Parlement haïtien. En effet, la régulation, la législation et le débat des politiques publiques sur les technologies de l’information et de la communication doivent être parmi les priorités de cette 50e législature.

Par ailleurs, le passage à la technologie numérique est un pas important pour le pays. Par le simple fait que les TIC ont intégré l’ensemble des secteurs d’activité au niveau mondial et connaissent une évolution très rapide. Le Parlement haïtien devrait en ce sens s’inquiéter du fait que le secteur haïtien des TIC reste à la traîne de ses concurrents caribéens.

Alors pour promouvoir la sécurité, les libertés et la confiance dans l’espace numérique,  il faut qu’il y ait une commission permanente des TIC au Parlement haïtien. Cette commission devrait faciliter le débat et l’adoption de législations dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC).

En effet, la protection de la vie privée des citoyens haïtiens et la lutte contre la cybercriminalité sont des défis majeurs pour notre société qui fait son premier pas vers le passage au numérique.  De ce fait, le Parlement haïtien doit agir vite. En mettant sur pied une commission permanente des TIC pour réfléchir sur ces sujets d’actualités.

Enfin, dans le cadre du développement des politiques en matière des TIC, notre Parlement peut toujours suggérer qu’il y ait un ministère des technologies numériques et de la science. Dans l’idée d’encourager le développement des politiques publiques nationales et régionales devant faciliter l’intégration totale d’Haïti dans l’univers des technologies numériques.

Car pour tirer véritablement parti de l’édification de la société numérique, notre pays doit dès à présent se positionner comme acteur et non comme de simple consommateur dans l’univers numérique.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *