Télémédecine en Haïti : la technologie au service de la santé

Étiquettes
13 juillet 2012

Télémédecine en Haïti : la technologie au service de la santé

Dans le monde actuel, aucune activité humaine n’est totalement indépendante de l’intervention des télécommunications et les nouvelles technologies de l’information. Ainsi, la pratique de la télémédecine sur le sol haïtien pour réduire les risques de décès est un pas géant vers la modernisation.

Comme dans beaucoup de pays de l’Afrique francophone, Haïti est entrain de faire l’expérience de la télémédecine, voie alternative intéressante pour combler le déficit en ressources humaines et matérielles auquel le pays fait face. La télémédecine est une application des TIC qui permet d’améliorer l’accessibilité aux soins de santé spécialisés tout en combattant la distance et l’isolement. Elle va des transferts de données à l’action du praticien. La télémédecine opère dans plusieurs domaines, quelques exemples :

Télé-consultation : consultation, diagnostic et suivi du patient à distance.

Télé-formation    : (e-learning), formation ou   enseignement médical à distance.

Télé-transmission : transferts d’information médicales entre professionnels de santé et patients.

Télé-chirurgie : opération chirurgicale assistée distance  par ordinateur.

Télé-surveillance : surveillance du patient à domicile.

En Haïti, la situation sanitaire du pays s’est nettement aggravée après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 . Avec en moyenne 5,9 médecins ou infirmières pour 10.000 habitants et 6,5 professionnels de sante pour 10.000 habitants, le pays est loin de la norme minimale de l’OMS, qui est de 25 professionnels pour 10.000 habitants. Très souvent, des haïtiens vont se faire soigner dans un pays étranger, en prenant le risque de mourir pendant le voyage. Pourtant avec un bon partenariat entre secteur privé et Etat, on pourrait investir d’avantage dans cette technologie. Ainsi, les haïtiens pourraient se faire soigner sur place par des spécialistes étrangers.

A chaque fois que l’on se sert des télécommunications à des fins sanitaires, il s’agit d’une pratique de la télémédecine. Les consultations entre patients et médecins au téléphone, les échanges de données sanitaires sur les réseaux informatiques sont de bons exemples de cette pratique, qu’il faut développer encore plus. Les TIC nous permettent de rattraper le temps et c’est heureux.

Partagez

Commentaires