Au revoir Madame!

Article : Au revoir Madame!
Étiquettes
27 octobre 2014

Au revoir Madame!

Crédit photo: Nelson D
Crédit photo: Nelson D

Ne cherche plus à rentrer en contact avec moi. Faisons la paix. Finissons-en avec cette mauvaise comédie. Pardonne-moi d’insister, mais il faut absolument que tu m’oublies. Oui, tu dois juste oublier qu’un jour tu m’avais rencontré, tu avais posé ton doux regard sur moi et tu m’avais aimé tendrement.

Être heureux dans une relation amoureuse n’est pas le fruit du hasard. Je ne suis pas destiné pour souffrir. Pardon, pour vivre dans une relation amoureuse compliquée. Et voilà, notre liaison était une fatalité. Elle était une erreur et un désastre, tu ne peux la nier. Maintenant tu es partie, je ne peux que remercier le ciel. Mais tu as laissé mon cœur dans un océan de sang. Tu as ravi mes rêves, mon âme, et aussi mon amour. Alors va, va, va-t’en loin d’ici ma chérie.

Néanmoins, je veux que tu saches, je t’ai toujours aimé d’un amour authentique. J’avais confiance en toi, j’avais cru aveuglement en ton amour. Tout comme je sais pertinemment qu’un jour je visiterai le couloir de la mort, même une seconde je ne voyais pas ma vie sans toi. Le plus dur pour moi maintenant, ce n’est pas de te voir partir ou de regretter tes douces lèvres, tes seins qui m’enivrent toujours.

Mais c’est quand tu fais ton apparition dans mes nuits, cela devient effroyable, cauchemardesque. Oui, je t’ai vu, tous les jours, toutes les nuits. Toi la mystérieuse, l’adorable fille, la méchante épouse. Pourquoi es-tu revenue dans mes rêves ? Toi qui m’inspirais beaucoup d’amour. As-tu réalisé ce que tu étais devenue effectivement? Je n’ai pas eu l’amour que je méritais. Non, je ne demandais pas d’être aimé à moitié, ni d’être aimé comme un roi. Mais je voulais tout simplement que tu m’aimes pour ce que je suis. Tu fais bien de t’en aller. Peut-être loin de toi ma vie aura un sens.

Einstein disait : « Etrange époque, où il est plus facile de désintégrer l’atome que de vaincre un préjugé. », ah sans la moindre exagération,  je crois  que ce grand savant parle d’or. Maintenant comment vais-je faire pour dissoudre mes préjugés vis-à-vis des sexes faibles ? On me disait : il n’est pas facile dans la vie courante de rencontrer le vrai amour dès la première tentative. En te confiant mon cœur, je voulais être une exception à cette maudite règle. Mais la vie a eu raison de moi. J’aurais dû écouter mes grands-parents.

Alors je t’en supplie, si tu lis cette lettre ne me répond pas. Si tu crois que je suis encore important pour toi, mieux vaut rester loin de moi. La meilleure façon pour moi de t’aimer encore c’est de ne plus jamais entendre parler de toi.

Partagez

Commentaires

billy
Répondre

Monsieur Nelson est plutôt sur un registre amoureux ces derniers temps .

Nelson Deshommes
Répondre

Toi même tu sais! N'est-ce pas Billy?

Serge
Répondre

Ah ah, chapeau !
Si je peux participer à la fête, un conseil gratuit: ne jamais tomber amoureux d'une brésilienne... je ne sais pas, ça pourra te servir un jour ;)

Nelson Deshommes
Répondre

En tout cas, Merci mon cher Serge pour ce conseil vraiment salutaire.

Osman
Répondre

“Priyè a monte, gras la desann”. Comme il n’y jamais deux sans 103, j’attends la suite de ce feuilleton à l’odeur sentimentale. Seulement je sais, quand on cherche, on trouve. Bonne suite mon frère :)

Nelson Deshommes
Répondre

J'espère bien te pouvoir servir la suite, si vraiment il y en aura. lol

Krimo
Répondre

Jolie petite aventure sentimentale saluée avec l'espoir d'une suite (?)