Quand elle veut encore……………….Cela devient un vrai combat!

S’il y a un sujet difficile à aborder c’est bien celui-ci. J’en suis conscient. Mais je veux aborder un thème qui me parait fondamental pour un changement de mentalité au sein de la société haïtienne. Quoiqu’il en soit déjà enraciné dans notre culture.

Tout est permis dans le domaine de la sexualité. Voilà ce qui semble être le mot d’ordre du maintenant. Tout vaut, il n’y a plus d’interdits ni de normes. Seul l’épanouissement du désir est vrai et bon. Tout ce qui contribue à un maximum de plaisir sexuel est valable. Cependant dans ma société, l’acte sexuel ne semble plus un moment de pur plaisir et de détente ou de procréation. Pour la majorité de nos jeunes gens, l’acte sexuel est purement considéré comme un combat de coq ou comme un grand combat de boxe et enfin comme un match de foot. Ainsi, il faut une bonne préparation avant de se lancer dans ce combat. Sur ce point l’acculturation joue un grand rôle, car les jeunes tentent toujours à tort ou à raison de reproduire ce qu’ils voient dans les films pornographiques.

Dépendamment de votre culture, l’acte sexuel a une signification bien précise. Pour certains, il est un métier, un jeu, un culte, une action et enfin un combat. C’est en considérant l’acte sexuel comme un combat qui attire mon attention.

D’une manière générale, c’est le garçon qui considère l’acte sexuel comme un combat. La femme, elle est toujours prête et tranquille comme l’eau claire au fond d’une vase. Pourtant, le jeune homme doit bien planifier une activité sexuelle, afin de mieux se préparer pour le combat, Comme un bon coq. Loin d’être des masochistes, mais ils veulent être toujours sur la balle comme ils disent toujours. En effet, l’amour  masochiste préconise la satisfaction sexuelle par la recherche volontaire de la souffrance. Celle-ci est tantôt physique, tantôt mentale et parfois imaginaire. En absence de cette souffrance, le masochiste ne peut atteindre l’orgasme sexuel lors de l’acte génital

Ce n’est pas du masochisme qu’il est question. C’est peut être pour fuir la réalité d’impuissance sexuelle qu’il considère l’acte sexuel comme un combat. Car la femme en peut  et en veut toujours mais il arrive parfois que l’homme ne peut pas répondre à cette exigence implacable. D’autre part, les expressions qui désignent  l’activité sexuelle, laisse croire vraiment que c’est un combat : (mwen pral koupe, mwen sot taye, mwen pral fann ti grenn sa a etc.) il est considéré comme un match de foot, souvent le préservatif porte le nom du protège tibia, ou du moins le jeune homme est considéré comme un grand attaquant et la fille est la gardienne du but.

Si l’acte sexuel est un combat, alors il y a une réalité que les combattants ne veulent pas bien admettre. C’est qu’une relation sexuelle normale ne peut durer qu’entre 5 à 15 minutes. Je parle bien sûr du période de pénétration à l’éjaculation.

Enfin, Il est un con, un sot un amateur cette définition qualifie bien les consommateurs des produits énergisants et bien d’autres produits  afin de gagner ce combat. Pourtant, ils se font plus de tort que du bien. Car l’activité sexuelle est plus psychologique que corporelle.

via hautetfort.com

À propos de l'auteur

Nelson Deshommes

Vous êtes sur le blog de Nelson Deshommes. Je suis de nationalité haïtienne, journaliste indépendant, blogueur et chercheur en psycho-paranormal. Depuis 2010, je deviens un vrai passionné des nouveaux médias et des technologies numériques. Sur ce blog, au premier abord je désire vous faire découvrir la face cachée de la perle des Antilles. Son histoire, ses richesses culturelles et sa beauté naturelle.

Archives par auteur

4 Commentaires

  1. ahh nelson je crois que cela est ainsi à partir d’un certain âge cela devient comme une compétition, ils se sentent des vrais hommes au regard du nombre de filles qu’ils ont sauté et se rendent compte à un âge plus avancé que cela ne servait à rien au contraire les performances baissent.mais c’est aussi ainsi que certains apprennent à se maitriser à la longue.j’aime cet aspect de ta réflexion

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *