Êtes-vous un Rasta ou un Gangster?

via flirck.com

via flirck.com

Ce n’est pas toujours l’apparence d’un homme qui détermine sa personnalité. D’ailleurs, on dit souvent que l’habit ne fait pas le moine, même si ironiquement on a tendance à prévenir qu’au moins il permet  de reconnaitre le Moine.  Cependant, les inégalités sociales qui frappent souvent des groupes sociaux distincts entraînent une assimilation entre ces groupes et des phénomènes tels que la délinquance ou la pauvreté. Les Rastas en Haïti sont les premiers à confronter à ce genre de discrimination.

Rasta est un nom qui fait peur en Haïti. Les familles haïtiennes sont très méfiantes vis-à-vis de ces mecs là, portant des longs cheveux tressés en nattes, qu’on connait sous le nom de dreads. Mais, d’où vient ce nom ? Selon mes recherches, Rasta est le diminutif de rastafarien, un mouvement culturel et religieux qui a pris naissance à la Jamaïque au beau milieu du 20e siècle. Par contre dans la société haïtienne, Rasta est synonyme de tous les qualificatifs qu’on pourrait donner à un hors la loi.

S’il y a un cambriolage dans un quartier, le premier qu’on va pointer du doigt, c’est un Rastaman comme on dit ici avec un fort accent créole. Les actes d’enlèvement, de viol et de  vol sont toujours l’œuvres des gens issus des quartiers populeux et par ricochet des Rastafariens.

Cependant les voleurs de grand calibre courent librement dans la ville. Ils sont parfois bien protégés par les forces de sécurité publique. Mais on traque les Rastas dans tous les trous comme des chats qui cherchent des souris. Et pourquoi ? Par le simple fait qu’ils ont  un style peu compréhensible et l’air effrayants avec leurs coiffures.

La stigmatisation, la discrimination des rastas dans notre société est un sujet très complexe à aborder. ‘’ Quelqu’un  qui porte un dreadlocks n’est pas obligatoirement un Rasta ‘’ a déclaré James, qui est étudiant  à la faculté d’ethnologie de l’université d’état d’Haïti. Pour lui, il y a des déviants parmi les Rastafariens comme c’est le cas dans n’importe quel groupe ou mouvement social. Mais ce n’est pas une raison de coller en permanence une étiquette au dos des Rastas.

Un Rasta est quelqu’un qui se respecte, très sage, ami de la nature et qui ne consomme pas d’alcool.  Ce n’est pas un matérialiste, la violence n’est jamais leur point fort, ils sont tous des végétariens. C’est l’avis du journaliste Hérold  Dorval qui a passé environ sept ans à défendre les idéologies des Rastafariens sur les ondes d’une station de radio à Saint-Marc. Selon Mr Dorval, la consommation de la marijuana par les rastas ne représente pas un danger pour le reste de la population. C’est juste un moyen  pour eux de rentrer en méditation,  afin de mieux entendre la voix du Jah (abréviation de Jéhovah).

Les jugements de valeurs sur le comportement et l’attitude des rastas peuvent être très subjectifs et infondés. Cependant, on peut être vraiment un pays qui importe tout. Par contre, il faut le reconnaitre ce ne sera pas toujours facile d’importer une culture d’une autre nation pour  l’imposer à un peuple qui n’est pas bien instruit.  Mais au nom de l’unité dans la diversité et surtout la liberté culturelle, nous devons avoir un autre regard des Rastas qui sont aussi un élément de cette grande société, ayant des qualités et des défauts.

19 Commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi Nelson mais je pense que tu as un peu occulté la consommation de marijuana. Ce n’est pas à un homme de nous dire si la consommation de marijuana entraine ou non des conséquences. C’est aux faits scientifiques de le prouver. Je n’en disconviens pas que les rastas n’aient absolument aucune mauvaise intention dans la consommation de cette drogue douce et qu’ils recherchent par la une voie d’illumination mais ils se trouvent que la marijuana est hallucinogène, addictive et des recherches aujourd’hui plus claires montrent une relation de causalité que peut avoir le marijuana/cannabis dans la genèse de la schizophrénie et surtout lorsqu’il s’agit d’une consommation à long terme. Sans compter aussi les psychoses aiguës que peuvent entrainer la consommation de cette drogue. Bienvenu aux troubles du comportement ! Je ne le dis pas seulement en tant que médecin mais surtout parce que j’ai vécu dans l’environnement. Alors on ne peut pas ignorer l’effet de la marijuana sur le comportement mais ça ne signifie pas que tous ceux qui la prennent vont obligatoirement être malades, agités ou apragmatiques. Moi-même, j’ai des locks, je ne suis pas rasta et je ne consomme ni alcool, ni drogues mais dans mon pays, c’est sûr, je passerai pour une fêlée, heureusement que ma profession me sert de pare-chocs contre d’éventuelles remarques acerbes.

    1. Merci Doc pour ce coup de projecteur sur la consommation du marijuana. en effet je n’était pas de même avis de mon interlocuteur. cependant mon objectif n’était pas de parler de l’effet des marijuanas sur la santé des gens.
      et voilà l’importance de ton commentaire, un avis contraire sur ce sujet.

  2. Moi le style rasta m’a toujours plu. je n’ai pu assister au mouvement de Bob Marley, mais j’aime tout en cette homme: de la musique aux idées, même ses as chaloupés sous l’effet de la drogue. sincèrement j’aurais bien aimé avoir la coiffure de Nathalie ou mon petit-frère Serge mais que de préjugés et puis je tiens à mon foulard et etre rasta peut marcher avec la conviction

  3. J’ai particulièrement aimé ton billet de ce jour . Après celui sur les enfants des transporteurs en commun »tap tap  » c’est selon l’article le plus réussi de tous tes billets enfin tous ceux que j’ai lu depuis celui sur les enfants des « tap tap » . Aussi je suis content de te faire savoir que je vais largement le partager et inviter nombre de compères internautes à le lire. Je t’encourage dans cette voie. Cet article est d’un clarté « oh je manque les mots » et aussi d’un style linguistique bine châtié. Simple , net précis et concis . j’ai beaucoup aimé le lire en tout cas.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *