Haïti: A quand la fin de la crise électorale?

Haïti a toujours du mal à rattraper le train du développement, autre que la situation socio-économique du pays, la crise politique qui découle toujours des troubles électorales constitue une vraie paralysie pour l’avancement de ce pays.

La problématique des élections en Haïti est toujours très épineuse. Il ya plus d’un an que le chef de l’Etat haïtien tente de trouver un compromis entre les  hommes politiques du pays pour la réalisation des élections sénatoriales et  municipales, c’est toujours sans succès. Aujourd’hui encore ils tiennent la population en otage avec un fâcheux débat portant sur une question de conseil  électorale provisoire ou permanent.

Tandis que la constitution haïtienne de 1987, dit clairement ce qu’il faut faire pour la réalisation des élections dans le pays. Toutefois les hommes politiques de ce pays n’arrivent toujours pas à respecter les échéances électorales qui sont prévues par la constitution. Aujourd’hui encore c’est sous la direction de religion pour la paix comme facilitateur, que l’exécutif, le parlement et le pouvoir judiciaire rentrent dans une concertation permanente pour tenter de dénouer cette crise.

Cependant, certains  leaders des partis politiques restent très pessimistes, concernant les résultats de ce dialogue entre les trois pouvoirs. Ainsi, l’année 2013 s’annonce vraiment difficile pour le pays. Car d’un côté le président Martelly ne cesse de chanter à tort et à travers que Haïti, (is open for business), pourtant la stabilité politique et économique qui favorisera l’arrivé des nouveaux investisseurs dans le pays est un chapitre que l’équipe gouvernementale ne maitrise pas trop bien, dans le livre titré l’art de diriger un pays comme Haïti.

La lutte pour le pouvoir, est la principale cause de cette crise. Car, si d’un côté la présidence tire les ficelles pour contrôler l’appareil électoral  qu’on devrait mettre sur pied, il y a environ un an  de cela, de  l’autre camp c’est le parlement qui tente aussi d’avoir un œil au sein de cette commission électorale qui aura pour mission d’organiser des élections honnêtes et crédibles dans le pays.

Réalisé de bonne élection dans le pays est toujours un devoir très difficile pour les gouvernements haïtiens. Même le plus grand manœuvrier, pour ne pas dire le plus grand chef de l’Etat Haïtien, n’arrivait pas à passer cet examen avec brio.

Pourtant la question des élections en Haïti est la porte d’entrée des principales troubles politiques dans le pays. Il faut rappeler que les élections du président Jean-Bertrand Aristide en novembre 2000, ont conduit le pays dans les chaos de 2004. Car les cérémonies du bicentenaire  de l’indépendance haïtienne (1er janvier 1804) avaient été célébrées sur fond d’affrontement entre les groupes armées (chimères)  du président Aristide et ses opposants.

 

On pourrait dire que c’est une honte pour la première république noire du monde, que 208 ans après son indépendance, ces  dirigeants n’arrivent  toujours pas à trouver une formule pour la réalisation des élections aux échéances prévues par la constitution haïtienne.

 

crédit image: haitian truth.org

2 Commentaires

    1. tu as bien dit Salma, mais pas crise électorale, où c’est dans la tourmente pour réaliser une élection. si je prends pour modèle, les États-Unis, la France, le Canada et même la République Dominicaine qui partage l’ile avec nous. je reconnais les que les autres pays démocratiques sont en crises, mais c’est une crise économique.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *