Comment faire des réseaux sociaux un outil de solidarité?

Du 26 au 28 novembre dernier, s’est tenu à Port-au-Prince un atelier de formation sur la jeunesse et les réseaux sociaux. Cette activité a été 

via nelsond.mondoblog.org

organisée par l’organisation internationale de la francophonie (OIF) en partenariat avec l’Etat haïtien, par le biais du ministère de la jeunesse, des sports et de l’action civique. L’objectif premier de cet atelier c’est d’essayer de démystifier les réseaux sociaux et de promouvoir un réseau jeunesse de la francophonie  pour une meilleure solidarité et de partage entre les jeunes francophones.

Ils étaient environ une cinquantaine de jeunes venant du canada, de Sainte Lucie, de la République Dominicaine, de l’Afrique et aussi des jeunes haïtiens ont pris part à cet atelier.

Laissent ainsi le virtuel et partageant la chaleur humaine, en vue de partager leurs expériences et établir un échange permanent entre eux par le portail de la jeunesse francophonie.

<<La puissance des réseaux sociaux n’a échappé  à personne dans la poussée des révolutions sociopolitiques dans le monde. Fortement portées par les réseaux sociaux, et menées essentiellement par des jeunes aspirants au meilleur pour leurs pays. >> Cette déclaration venant de la bouche du directeur de la jeunesse de la francophonie M. Mahaman-Lawan Seriba  constitue la porte d’entrée qui ouvre l’esprit des jeunes leaders qui avaient bien cet envi de partager leurs expériences des réseaux sociaux.

 

Il est bien clair que la pratique des réseaux sociaux n’est pas la même dans tous les pays du monde. Car le niveau de formation et l’accès au matériel informatique est vraiment différent. Mais, S’il est bien qu’en Haïti on compte environ  403900 facebookeurs, cependant les jeunes haïtiens sont appelés à être des consommateurs-producteurs et non des simples consommateurs.

 

Par ailleurs, Si la problématique des jeunes face à l’évolution de la nouvelle technologie de l’information ne peut se poser de la même façon dans les pays du Nord comme ceux du Sud, on doit noter que l’opportunité que nous offre la nouvelle technologie  favorise un échange permanent  et une solidarité entre tous les jeunes.

Ainsi, selon Mr Seriba, le portail jeunesse de la Francophonie, qui est une plateforme de mobilisation et concertation des jeunes francophones, a été mis à jour par des jeunes et maintenant il est ouvert à tous les jeunes de s’approprier de cet outil de réseautage. Afin de consolider le partage d’idée, d’information et de constituer un groupe ou les jeunes sont mobilisés pour porter soutien à d’autres jeunes dans les pays en difficultés.

 

Enfin, il faut rappeler, qu’avec les réseaux sociaux tout comme dans la vie, le succès n’arrive pas du jour au lendemain, mais se bâtit. Alors les jeunes sont invites à être créatifs, persévérants et patients.

 

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *