Haïti: Qui voilera le vagin de ton environnement?

Dégat de l’Ouragan Matthew aux Cayes

Le droit de vivre dans un environnement sain est directement lié au droit à l’existence même de l’homme. Cependant, comment éviter une grande catastrophe naturelle prévisible à la population haïtienne est notre grande préoccupation.

Nombreux sont ceux qui devraient se mettre ensemble pour donner à l’environnement haïtien un nouveau visage. Cependant, ils sont nombreux , les citoyens qui contribuent encore à sa détérioration.

En effet, la problématique de l’environnement n’est pas une question liée à un seul pays ou un seul peuple. A l’ère de la mondialisation, comme on dit souvent le monde est devenu un petit village où le mal de l’un a des répercussions sur l’autre. Il est urgent que les jeunes d’aujourd’hui,  de tous les pays puissent exercer des pressions sur nos dirigeants afin de mener une lutte efficace pour la protection de l’environnement et de la planète.

En effet, personne n’est à l’abri des effets nocifs des transformations effectuées au sein de la nature, au sein de notre environnement. Haïti vit actuellement et depuis toujours sous le régime d’un ensemble de crises s’enchaînant et s’enchevêtrant en un curieux et mélange de contradictoire. Il se trouve dans une crise écologique qui s’apparente à un désastre qui frise une catastrophe prévisible que celle du 12 janvier 2010.

L’histoire haïtienne est parsemée de cas où l’Etat signe des contrats à certaines compagnies d’exploitation de forêts. Mais, en retour aucune disposition n’a jamais été prise pour garantir la régénération des espaces par une gestion rationnelle de l’exploitation ou des travaux de réhabilitation appropriés. Il faut ajouter à tout cela la contribution de nos campagnards qui coupent à tort et à travers des arbres pour faire du charbon et de ceux aussi qui s’en servent.

Sans oublier le phénomène des déchets plastiques qui traînent partout à travers le pays. Quand on met ces matières- là sous terre, elles ne pourrissent pas. Donc, vous vous imaginez, si cela continue au lieu de rendre la terre fertile, dans 10 ou 20 ans nous la rendront stérile. A la gloire de l’administration du président Martelly, on doit applaudir à sa décision d’interdire à partir du mois d’octobre dernier, l’importation de certains produits plastics.

Nous vivons une situation lamentable, travailler ensemble pour donner à l’environnement un aspect plus attrayant est l’affaire de tous les Haïtiens. Le philosophe Hans Jonas n’a pas hésité à mettre en évidence la dimension éthique du rapport de l’homme à la nature. Quelle est notre responsabilité à l’égard de la nature, de notre nature ?

J’ai dit toujours, si nous ne prenons pas soin de la nature, elle aussi à son tour ne prendra pas soin de nous. En ce 21e siècle, nous ne devons pas garder profil bas, en pensant que le hasard pourrait apporter des changements extraordinaire dans notre environnement. Si nous ne faisons pas peau neuve pour remédier à cette situation alarmante qui va le faire à notre place ? Indubitablement personne ! Car les Etats-Unis et la Chine arrivent encore en tête parmi les pays qui exercent plus de pressions sur la nature.

Alors, nous sommes arrivés à un tournant de notre histoire de peuple où  chacun doit prendre ses responsabilités dans la perspective de protection et d’amélioration de notre environnement.

4 Commentaires

  1. Le malheur frappe à nos portes et les autorités font la sourde oreille. «J’ai dit toujours, si nous ne prenons pas soin de la nature, elle aussi à son tour ne prendra pas soin de nous». J’apprécie beaucoup cette tournure.
    Superbe réflexion frangin.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *