Salon des métiers du numérique : les jeunes doivent se former pour être des créateurs d’emplois

Vendredi 28 avril dernier, j’ai été invité à prendre part au premier salon des métiers du numérique, organisé par l’association Haitian Caribbean information technology council à Royal Oasis Hôtel. Si effectivement ce salon des métiers numériques a drainé la grande foule, j’ai été surpris par le succès de ce grand forum du numérique.

Ce grand événement consacré à la découverte des métiers du numérique était plus que nécessaire pour une jeunesse qui se cherche encore dans l’écosystème du numérique. Voilà à mon avis, ce qui pourrait expliquer la présence de cette grande foule autour d’environ une vingtaine de conférenciers qui se sont succédé sur scène ce vendredi 28 avril 2017.

Comment se positionner pour les métiers du futur ?

Et parmi les speakers, heureusement la directrice de l’Institut Nationale de la Formation Professionnelle (INFP), madame Maguy Durcé, ancienne ministre du Commerce était présente pour expliquer très clairement la vision du gouvernement pour le secteur des TICs (Technologies de l’Information et de la Communication).

Car, consciente de la révolution numérique, elle croit beaucoup dans l’accessibilité des formations aux digitales pour tous les jeunes. Voilà pourquoi on pense désormais à revoir les curricula pour la formation professionnelle des jeunes dans le secteur du numérique.

En effet, tel a été l’objectif du projet Haïti numérique 2030. C’est de pouvoir sensibiliser les jeunes, les autorités et la société civile sur l’importance de pouvoir former autant de jeunes possibles pour les métiers du futur, qui, avec la numérisation et le développement en permanence des nouvelles technologies, vont transformer les métiers actuels.

Alors, Haïti doit agir vite selon plusieurs intervenants. Afin de mieux se positionner dans la société numérique. Par ailleurs, selon le député Gary Bodeau, nous pouvons faire du numérique une source d’emplois intarissable pour les jeunes Haïtiens. Et en ce sens, il a souligné qu’il est en train de travailler sur un projet de loi portant sur l’économie numérique dans le cadre du développement des petites et moyennes entreprises (PME) du pays.

De son côté, l’entrepreneur Patrice Bayard, a attiré l’attention de public, lorsqu’il a déclaré que nous devons former des jeunes pour être des créateurs d’emplois et non pas des demandeurs d’emplois. S’agissant de ces derniers, on sait qu’ils sont nombreux dans la société. Et fort heureusement, les technologies numériques offrent cette possibilité à la jeunesse de pouvoir innover et créer en permanence des nouveaux métiers.

Les femmes numériques haïtiennes

Dans ce salon des métiers du numérique, il n’y avait pas eu seulement l’intervention des hommes parmi les conférenciers, même si je reconnais qu’ils étaient majoritaires. Mais je me réjouis quand même d’avoir vu au moins trois femmes évoluant dans le secteur des TICs venir sensibiliser les jeunes filles au métier du numérique.

Elles étaient là non seulement pour parler de leurs expériences dans le domaine du numérique, mais aussi pour pouvoir sensibiliser les jeunes filles à pratiquer les métiers liés aux technologies numériques. Même si elles admettent que les clichés représentent un frein majeur pour l’intégration des femmes dans les métiers du numérique en Haïti.

Sur ce point, je ne peux que féliciter Henry Beaucejour promoteur du projet Haïti numérique 2030, d’avoir eu assez de clairvoyance pour mettre sous projecteur des femmes qui mènent des carrières dans le secteur des technologies numérique.

Je crois que c’est un signal assez fort, qu’il a envoyé à tous, afin de lutter contre les stéréotypes qui découragent les filles de se tourner vers le digital. Car en Haïti comme un peu partout à travers le monde, les femmes sont encore trop peu représentées dans le monde du numérique.

Parce que le salon des métiers du numérique était ouvert à tous, alors je félicite les jeunes filles qui ont pris part à ce grand événement numérique.

Bonus: 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *