Le syndrome de la dictature

Haiti

Je hais la démocratie. Non. Ce n’est pas ça. Je déteste la démocratie à l’Haïtienne. Un mal, presque incurable, est notre démocratie. Elle n’est profitable qu’aux loups et lions d’Haïti et non pas les moutons.

Ceux qui observent  l’éternelle crise politique haïtienne ont tendance à croire que la dictature est nécessaire pour notre pays. D’abord, parce qu’ils pensent que depuis la chute de la dictature des Duvalier, nous n’avons pas pu profiter grandes choses du régime démocratique. Sans doute, selon eux, avec un dictateur éclairé au pouvoir, nous aurions pu avoir un présent aussi glorieux que notre passé.

Ensuite, il faut que la société évolue. Dans le bon sens me diriez-vous.  Oui, il faut que la société grandisse un peu.  Mais est-ce un retour dans une dictature (moderne) ne serait pas la bonne solution ? Puisque nous n’avons aucune garantie de la transformation du paysage socio-économique de notre pays avec cette démocratie.

En effet, il faut quelqu’un d’une main de fer pour diriger ce pays. Un homme ou une femme qui inspire la crainte. Mais qui a la capacité de faire bouger les choses.  Vu qu’aujourd’hui on assiste à un désordre généralisé dans le pays où la folie du pouvoir associée à l’amateurisme des uns, offrent le spectacle le plus dégoutant et lamentable.

Alors la question cruciale d’un éventuel retour à la dictature hante l’esprit de plus d’un. Nous devons trouver la solution à cette crise endémique qui ronge notre société. Il ne faut pas croire que la démocratie est un type exceptionnel de régime politique.

Si la dictature n’est pas le meilleur choix pour Haïti. A l’heure actuelle la démocratie est loin d’être l’alternative. D’ailleurs nous ne devons pas la considérer comme un idéal politique.  Et à quoi bon la démocratie ? Si c’est pour organiser des élections dont le résultat est connu d’avance. Ou si c’est pour plonger le pays dans des crises politiques qui n’en finissent jamais. La démocratie n’est pas synonyme de la permissivité comme nous avons malheureusement la tendance à le croire.

La société doit encore réfléchir et faire un choix.

Aux yeux du plus grand nombre, il n’y a pas mieux que la démocratie. Les grands propriétaires n’ont quelque confiance qu’en elle. Ils nous font croire que le peuple n’a peur que de la dictature. Non, c’est faux.  Il n’est pas vrai que la dictature soit toujours un mal.

Aujourd’hui la démocratie à l’Haïtienne est un mal pour le pays. La liberté d’expression qu’on considère chaque jour comme un acquis  démocratique est mal compris. La démocratie serait une bonne chose pour Haïti, si le peuple dans sa grande majorité était éduqué.  Car le contrat tacite entre le peuple et la démocratie veut que cette dernière soit le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple. Ce contrat n’est qu’un leurre.

Alors, la classe politique doit agir. Car il n’y a pas de solution durable à cette crise politique en dehors d’une remise en question de notre régime politique.

 

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *